Mot de la Présidente


Chères et chers adhérent.es, chères et chers sympathisant.es,

Les violences faites aux femmes et tout particulièrement les violences conjugales sont enfin devenues une affaire considérée comme grave et importante. « Solidarité Femmes Bassin » ne considère pas pour autant qu’aujourd’hui la question des violences conjugales est suffisamment et correcte-ment traitée. Les faits sont toujours là. En France au pays des droits de l’homme mais pas encore vraiment des droits de la femme une femme meurt tous les deux jours et demi, victime de violences conjugales.

En 2019 l’état a voulu garantir le droit à la sécurité pour toutes et tous, c’est une évolution importante mais le foyer familial, que tout un chacun se plaît à imaginer comme devant apporter affection, protection, éducation demeure encore bien trop souvent l’un des endroits les plus dangereux pour tant de femmes et aussi pour leurs enfants.

Pour « Solidarité Femmes Bassin » que je représente, il va de soi que nous ne laisserons plus le doute s’insinuer.

Nous avons pris la mesure du combat des femmes et nous engageons 2020 comme une année de droit de toutes les femmes de disposer d’elles-mêmes.

A « Solidarité Femmes Bassin » il y a des femmes instruites, des femmes salariées mais il y a aussi beaucoup de femmes sans emploi et de travailleuses précaires.
Tout cela doit changer et elles ne doivent plus être les victimes de la brutalité des rapports familiaux.

En 2020 nous continuons à « Solidarité Femmes Bassin » à agir pour que la loi du silence soit brisée par les femmes et les hommes, mais aussi par les enfants qui nous le savons bien, souffrent et risquent de reproduire le modèle familial.
Ils doivent eux aussi être aidés, soutenus, et nous avons engagé plusieurs actions en ce sens.

Merci à vous toutes et tous, qui vous engagez à nos côtés.
Cette avancée est impérieuse si nous voulons voir disparaître les conditions scandaleuses infligées encore à tant de femmes dans « le pays des Droits de l’Homme ».

Jo Mercier.

Télécharger la lettre.