Le mot de la présidente


Mars 2019

Chères et chers adhérent.es, chères et chers sympathisant.es,

En ce début d’année 2019, je m’adresse à vous à l’occasion du 8 Mars, Journée Internationale des Femmes, appellation des Nations Unies décrétée en 1977 ou Journée Internationale des Droits des Femmes, appellation de la France qui l’a instituée officiellement en 1982.

Le 8 Mars est l’une des dates importantes de l’année pour Solidarité Femmes Bassin, l’autre étant le 25 Novembre, Journée Internationale de Lutte contre les Violences faites aux Femmes

Droits des Femmes et lutte contre les violences qui leur sont faites sont les deux piliers de l’action de notre association. Solidarité Femmes Bassin a choisi de s’attaquer à l’un des pires fléaux dans le domaine de la violence : celles qui s’exercent dans le huis clos du couple. Celles-ci s’exercent trop souvent dans l’impunité car elles sont encore considérées comme faisant partie de la sphère privée, voire intime.

Écrivant cela, je suis toutefois bien consciente des avancées réalisées ces trente dernières années en matière de connaissance et reconnaissance des violences faites aux femmes en France. Cet engagement de la société a été réaffirmé en 2018. Ces progrès ont été et restent dans notre pays le fruit de l’articulation de l’engagement des associations avec des politiques publiques en faveur des femmes, les premières devançant généralement les secondes.

C’est dire s’il est important que les associations puissent exister, travailler, proposer, s’engager. Or pour cela elles ont besoin d’adhérent.es :

  • des adhérent.es pour soutenir leur projet associatif,
  • des adhérent.es qui montrent de la reconnaissance pour les réalisations quotidiennes des équipes exécutantes,
  • des adhérent.es qui leur donnent du crédit vis-à-vis de leurs partenaires.

 

Solidarité Femmes Bassin, comme toutes les associations, a besoin de vous !

Soutenez-nous ! Parlez de nous !

Incitez autour de vous à nous rejoindre ! A vous rejoindre !…….

 L’engagement d’un adhérent.es consiste à payer une cotisation relativement modeste, à participer une fois par an à une Assemblée Générale lors de laquelle sont présentés le bilan de l’action de l’année passée et le projet de l’action de l’année suivante, à approuver (ou non) ces bilans et projets par des votes.

Adhérer à Solidarité Femmes Bassin, c’est aussi de pouvoir participer à chaque évènement qu’elle organise. Rappelons pour 2018 :

  • La conférence-lecture sur Flora Tristan (qui a donné son nom à notre lieu d’accueil) le 8 Mars à Lanton,
  • La soirée-conférence « Prostitution, une violence sans nom » le 24 Novembre à Audenge,
  • La participation aux différents forums des associations

 

L’année 2019 s’annonce enthousiasmante avec une soirée-spectacle de la chanteuse Marie Clerquin : «  Une femmes peut en cacher une autre » organisée le vendredi 8 Mars à Lanton. Les bénéfices de cette soirée seront intégralement reversés à notre association.

Faire partie d’une association telle que Solidarité Femmes Bassin, c’est participer à des changements sociétaux : l’égalité Femmes/Hommes. C’est aussi concrètement participer à la protection des femmes et de leurs enfants, les mettre en sécurité et les accompagner pour sortir des violences.

Ce qui motive tous les jours les membres du Conseil d’Administration, que je salue ici pour leur engagement, c’est le défi permanent de l’innovation pour toujours mieux accueillir les femmes et les enfants qui s’adressent à nous.

Il nous incombe de toujours travailler à mieux développer les partenariats féconds sur notre territoire, comme on le fait déjà avec le Centre Social Le Roseau, le CMPP, la Maison d’Ella, la MDSI, les gendarmeries, la police nationale…… Tous ces acteurs sont à nos côtés quotidiennement pour nous aider à mener concrètement à bien nos missions d’accueil, d’accompagnement et de mise en sécurité des femmes victimes de violences conjugales. Je les en remercie ici au nom de Solidarité Femmes Bassin, de son Conseil d’Administration et de ses adhérent.es.

Josèphe MERCIER

Présidente

 

 

Avril 2018

Chères adhérentes, chers adhérents, chères et chers sympathisant.es,

Pour Solidarité Femmes Bassin, l’année 2017 a pris fin comme elle s’était déroulée : a vive allure. Ainsi le 25 novembre, nous inaugurions notre nouveau lieu d’accueil pour les femmes victimes de violences conjugales, l’Espace Flora Tristan, occasion d’un moment très convivial et chaleureux partagé avec plusieurs dizaines d’invité.es. Dès le 1er décembre, ce tout nouvel Espace Flora Tristan accueillait une réunion entre Madame Nathalie  Le Yondre, maire d’Audenge et Conseillère Régionale, Mme Sophie Panonacle, Députée de la Gironde, et les membres des 2 associations : Femmes Solidaires et Solidarité Femmes Bassin.

Les fêtes de fin d’année à peine passées, la dynamique que nous avions connue en 2017 a repris de plus belle. Qu’on en juge plutôt.

Le 10 janvier, nous organisions le Noël des enfants des femmes accueillies, grâce à l’enthousiasme des bénévoles de l’association. Le 14 janvier, nous participions à la soirée caritative organisée par les généreux restaurateurs du Diégo Plage au profit de deux associations dont la nôtre.

Le 19 février, nous étions en réunion de travail à la sous-préfecture avec notre Secrétaire d’Etat, Madame Marlène Schiappa, avec Madame Panonacle, Députée et Secrétaire à la Délégation Droits des Femmes de l’Assemblé Nationale et avec les services de police et de gendarmerie. Au menu : les dispositifs d’accueil des femmes victimes de violences sexistes et sexuelles dans la circonscription.

Le 18 mars, nous organisions, avec la complicité du café associatif le Baryton, un repas-rencontre avec une conférence-lecture sur  Flora Tristan, une femme remarquable (1803-1844) dont nous avons donné le nom à notre espace d’accueil.

Et nos projets continuent de croître. Au menu pour les mois à venir, en plus de nos activités habituelles : la mise en place de formations et d’activités avec le concours d’un psychologue et des activités organisées en commun avec le centre social le Roseau.

La maltraitance reste dans notre société française du 21ème siècle un désastre de la santé publique. Les plus exposé.es sont les enfants, les femmes et en particulier les femmes âgées. C’est un fait reconnu. Espérons que la loi en préparation contre les violences sexistes et sexuelles contribuera à la réduire.

Il est un peu tard pour les vœux de bonne année, alors je vous offrirai pour vous accompagner en 2018 cette jolie mais terrible phrase de l’historienne Michèle Perrot « les femmes au théâtre de la mémoire sont des ombres légères ». Les faire apparaître en plein soleil, voilà ce qui nous anime à Solidarité Femmes Bassin, jour après jour, voilà le projet enthousiasmant que nous vous proposons si vous nous rejoignez. Plus nous serons, mieux nous agirons et plus nous serons fort.es et efficaces.

A bientôt et bien cordialement,

Josèphe Mercier, Présidente


Mars 2017

Chères adhérentes, chers adhérents,

Nous aurons bientôt notre Assemblée Générale qui se tiendra cette année à Arès le 1er avril 2017.

L’activité de Solidarité Femmes Bassin est de plus en plus importante et nous permet d’affirmer notre ancrage sur le Bassin et au-delà. Il nous faut mesurer le travail qui s’accomplit et les évolutions que nous devons envisager.

L’association ne peut aujourd’hui que s’agrandir si elle veut offrir un accompagnement global aux femmes victimes de violences conjugales et à leurs enfants.

Aussi notre équipe s’est étoffée avec la présence à temps plein de notre salariée. Nous pouvons en constater immédiatement l’apport.

A l’occasion de la Journée de la Femme nous avons essayé d’être présentes le plus possible à diverses rencontres : à « radio Cap Ferret », au Département de la Gironde, et à la Région « Nouvelle Aquitaine »…

Ce 8 mars, Journée Internationale des Droits de la Femme est aussi l’occasion pour nous de nous souvenir de Clara Zetkin décédée en 1933, enseignante, journaliste et femme politique. Elle était ardente partisane du travail des Femmes seul moyen pour elles d’accéder à l’autonomie. Bien plus tard c’est Michèle Cotta qui en 2014 dans un article publié au journal « Le Point » affirmait : « Ce n’est pas l’égalité qui menace la coexistence des sexes, mais plutôt l’excessive inégalité entre eux ».

Le 19 mars 2017 « Solidarité Femmes Bassin » en collaboration avec « le Baryton », recevra Natacha Henry, historienne, essayiste et journaliste. Elle nous parlera de Marie Curie et de Brosnia Dluska : « Les Sœurs savantes » deux destins qui ont fait l’histoire.

Cette rencontre ne manquera pas de nous rappeler que l’association « Solidarité Femmes Bassin » participe à la construction d’une société égalitaire non sexiste.

A bientôt et bien cordialement,

Josèphe Mercier, Présidente
Archives des années précédentes